Colostrum et lait de transition : essentiels à la santé des veaux

Les veaux naissants doivent acquérir leurs anticorps grâce au colostrum et à l’alimentation avec le lait de transition (LT) pour obtenir la protection nécessaire au maintien de leur santé.

Le transfert de l’immunité passive se produit lorsque les immunoglobulines sont absorbées après un repas de colostrum. Le lait de transition est le lait après la première traite jusqu’à la sixième traite (lait invendable). L’échec du transfert des anticorps a de nombreux effets dévastateurs, notamment un risque accru de mortalité, de maladies respiratoires et de diarrhée ainsi qu’une diminution des gains moyens quotidiens. Les veaux qui souffrent d’un échec du transfert de l’immunité passive (ETIP) sont plus souvent traités avec des antimicrobiens. Il faut ajouter à ces impacts immédiats les conséquences futures sur l’âge au premier vêlage et la diminution de la production laitière à la 1re et 2e lactation. On observe aussi un risque accru de réforme lors de la 1re lactation par rapport aux veaux dont le transfert d’immunité passive a été réussi.

Qu’est-ce que le colostrum?

C’est le lait de la première traite riche en immunoglobulines, principalement, IgG. Le colostrum contient plus de 50 autres produits biologiques actifs, comme le gras, les protéines, les minéraux et les vitamines. Après la première traite, il y a du lait de transition jusqu’à la sixième traite. Ensuite, le lait ressemble au lait entier régulier tel que nous le connaissons. Les éléments bioactifs du colostrum diminuent ou disparaissent complètement dans le lait entier. Par exemple, la concentration en IgG sera de 3,2 g/100 ml environ dans le colostrum et diminuera considérablement jusqu’à presque zéro à la sixième traite. Le tableau 1 présente une brève description de la composition du colostrum et du lait de transition. Les composants bioactifs agissent également pour aider au développement du tractus gastrointestinal en augmentant la longueur des villosités intestinales. Ils diminuent la capacité des agents pathogènes de se fixer à la paroi intestinale et peuvent présenter des actions antiinflammatoires. Il existe également des cellules immunitaires maternelles dans le colostrum, telles que les globules blancs. Ils agissent pour renforcer le système immunitaire du veau et stimulent la formation d’IgG. Ces cellules ne sont pas viables dans le colostrum pasteurisé ou dans les produits de remplacement. Il s’agit d’un domaine de recherche actif.

Donner du colostrum et du lait de transition est un moyen naturel de continuer à protéger le veau jusqu’à ce que son propre système immunitaire soit pleinement fonctionnel. Une enquête récente menée dans 147 fermes laitières canadiennes a révélé une réduction significative de l’utilisation d’antimicrobiens dans les troupeaux qui nourrissent les veaux avec du lait de transition. Cela signifie qu’ils avaient moins de maladies, et donc qu’ils recevaient moins de traitements antimicrobiens.

Comment profiter des nombreux bienfaits du colostrum et du lait de transition?

Le colostrum est nécessaire au transfert de l’immunité passive. La meilleure façon d’éviter un ETIP est de s’assurer que le premier repas contient > 200 g d’IgG et, idéalement, le veau devrait recevoir > 300 g d’IgG au cours des 6 à 8 premières heures de vie. Par conséquent, la masse d’IgG et le moment opportun sont de la plus haute importance.

De nombreuses recherches ont été effectuées et sont en cours sur les bienfaits du lait de transition. Une étude a examiné l’alimentation des veaux souffrant de diarrhée avec un mélange de lait de remplacement et de colostrum à parts égales par rapport au lait de remplacement ordinaire pendant 4 jours. Les veaux recevant ce traitement ont vu leurs signes de diarrhée diminuer 1,6 jour plus rapidement et ont pris plus de poids. Dans une autre étude, on a donné du lait de transition (traites 2, 3 et 4) à des veaux et comparé les effets avec des veaux nourris au lait de remplacement. La largeur et la longueur globales des villosités intestinales dans tout l’intestin des veaux nourris avec du lait de transition avaient doublé. Ils présentaient également une augmentation de poids corporel. Par conséquent, offrir du lait de transition quatre jours après le colostrum améliore la santé globale et la fonction intestinale des veaux.

Comment les études se traduisent-elles dans la pratique?

Bien que le colostrum maternel et le lait de transition de la vache au veau soient considérés comme la référence, vous pouvez aussi créer le lait de transition avec du colostrum congelé ou un remplacement de colostrum. L’utilisation d’un remplacement de colostrum (de haute qualité) peut être une option intéressante. La meilleure option dépendra de la santé de votre troupeau. En effet, le colostrum du troupeau peut présenter un risque en raison de la présence de maladies infectieuses telles que Mycobacterium avium ssp. paratuberculosis, BVD, BLV et Salmonella. Les remplacements de colostrum sont, pour est aussi à considérer dans votre choix.

Une méthode populaire pour nourrir les veaux avec du LT consiste à ajouter du substitut de colostrum au lait ou au lait de remplacement. En pratique, cela signifie qu’un sachet (700 g) d’un remplaçant de colostrum (100 IgG) est ajouté au lait ou au lait de remplacement à raison de 70 g par tête par jour pendant 10 jours. Cela se traduit par l’ajout de 10 IgG par jour. Vous pouvez également effectuer le même calcul en utilisant des cubes de colostrum congelés. Certains producteurs congèlent le colostrum de haute qualité (>24% Brix) et propre (aucun coliforme et < 10,000 cfu/ml des bactéries), puis l’ajoutent au lait pendant 10 jours pour créer leur propre LT. Une fois congelé, ils ajoutent les cubes au lait ou au lait de remplacement (voir les photos p. 33). Il faut calculer le volume et la concentration d’IgG pour obtenir environ 10 g d’IgG par jour. Prenez, par exemple, un colostrum 25 % Brix (égale 80 g/litre IgG) congelé dans des cubes de 0,025 litre. Multipliez 0,025 litre par 80 g/litre. Cela équivaut à 2 IgG.

Par conséquent, pour obtenir 10 IgG, vous devrez ajouter 5 cubes de colostrum congelés au lait. Dans les fermes utilisant cette méthode, on note une augmentation des gains moyens quotidiens, une réduction de la diarrhée et, par conséquent, une réduction de l’utilisation d’antimicrobiens. Les veaux naissent en bonne santé, c’est à nous de maintenir cet état. Le colostrum et le lait de transition sont essentiels et influencent la santé des veaux tout au long de leur vie. N’oubliez pas que d’autres facteurs sont également importants. Les veaux ont besoin d’un environnement propre, sec et bien ventilé, de logements sociaux et d’un enrichissement environnemental pour les garder heureux et en bonne santé. Il n’est jamais trop tard pour améliorer votre gestion de colostrum.